Extraits de la Lettre ouverte en faveur du patois de Marius TOURON Array Imprimer Array  Envoyer

Lettre ouverte en faveur du patois

Nibos, él’ seize éd septeimbre 1910


 
Mossieu l’ Ministre,
 
Cha s’roit i jamoés vrai, Môssieu l’ Ministre ? I péroit qué d’vant qui fuche longtemps chés poysans comme nous n’éront plus l’ droit d’ pérleu ein patois.

 

[...] 
 
Les viux mots d’ no patois, os z’avons chuché aveuc l’ lait d’ no mère, est eintré deins no sang, a n’ peut mi s’ertireu comme o.
 
Pis, du reste, quoi qu’à peut bien vo foère à vous qu’o disonches comme cho pour comme ça, d’el freine pour de la farine, pi du fricot pour d’el viande ?
 
I gno des mots qu’o n’ peut point dire ein Francais pi qu’o dit bien en patois.
 
L’ patois ch’est du reste él’ grand-père ed no gramaire, o n’poveuz mi nieu eine pareille péreintée.
 
No patois, ch’est l’canchon qui nos o berché deins l’temps, ch’est l’ souvenir èd’ nos aïux, d’ nos taïons pis d’ nos rataïons, ch’est les histoères éd no grand’ mère, ch’est no moéson couverte ein feur, nos abes, nos cortis, l’ passé, l’ présent pis l’avenir, quoi !
 
Laichez-nous deins nos quchots coins pérleu l’ langue éd nos taïons. Laichez-nous ch’ qui no foet aimeu no quchotte patrie, pis o zaimerons coèr miux cholle grande.
 
Jé m’ défule, Mossieu l’Ministre, pour vo foère ém’ pus belle révéreince.
 
Marius TOURON.
 
 

 
Agence pour le picard
4 rue Lamarck
80000 Amiens
Tél. 03 22 71 17 00